Si tu me regardes, j’existe à la Folie Théâtre…..

Quatre jeunes comédiennes prennent des risques avec « « Si tu me regardes, j’existe », une pièce au sujet fort : l’anorexie. Défi relevé avec brio. Nous les avons découvertes la saison dernière : elles reviennent “à la folie Théâtre” dès le 14 janvier. A ne pas rater!!

 

L’esquisse…

Claire, toute de blanc vêtue dans un sombre univers, glisse dans le monde sans faire de bruit. Sans prendre de place. Pourtant, dans son esprit, c’est le chaos. L’anarchie des voix qui lui dictent la marche à suivre pour être la belle, saine et judicieuse femme qu’elle voudrait être. Ces voix lui ordonnent de s’effacer, l’agressent en permanence. Tout comme le font ces gens bruyants qui gravitent autour d’elle. Claire n’a pas de répit. Claire est anorexique. Elle ne veut plus grandir, craint les changements, refuse d’affronter la vie qui lui échappe et se cloître dans sa chambre. Là, elle se focalise sur ses souvenirs d’enfance, ses angoisses alimentaires, ses devoirs d’éliminer, de se purifier, sur son poids, sur son corps qu’elle modèle jusqu’à la disparition … Elle se concentre sur le maîtrisable en somme.

Pour sa première création théâtrale entièrement écrite (en italien, puis traduite) et mise en scène par ses soins, la dramaturge, à qui le sujet de l’anorexie tenait à cœur, s’est entourée d’une jeune distribution. Les quatre comédiennes ont entre 19 et 26 ans, et côtoient la scène ou les plateaux de cinéma depuis une dizaine d’années pour les plus expérimentées. Elles ont su transmettre du souffle au poétique texte de Francesca Volchitza Cabrini.

Comments are closed.